Le besoin de Reconnaissance

recognition1

En 1936, Dale Carnegie parlait déjà du besoin de reconnaissance et mentionnait que c’était le besoin humain le plus profond

Dans son livre, Dale Carnegie décrypte les mécanismes des relations humaines. Il ne faut surtout pas s’en servir comme d’un mode d’emploi, mais simplement assimiler les concepts présentés. Et en particulier un de ces concepts :

Le principe le plus profond de la nature humaine, c’est la soif d’être apprécié.

Quels sont nos besoins ? Peu de choses, mais ces choses, nous les réclamons avec une insistance inlassable. Les voici:

  • La santé et la conservation de la vie.
  • La nourriture.
  • Le sommeil.
  • L’argent et les biens qu’il procure.
  • La survivance future.
  • La satisfaction sexuelle.
  • Le bonheur de nos enfants.
  • Le sentiment d’être important.

Presque tous ces besoins sont généralement satisfaits, mais il en est un qui est rarement contenté; et pourtant, il est aussi impérieux que la faim. Cette aspiration, c’est ce que Freud appelle « le désir d’être reconnu ». C’est ce que John Dewey appelle « le désir d’être important ».

William James disait:  Le principe le plus profond de la nature humaine, c’est la soif d’être apprécié. Il ne parle pas de souhait ou de désir, mais de la « soif » d’être apprécié.

Tout est dit dans ce livre que nous vous recommandons chaudement. Ce livre offre une leçon passionnante de « contacts humains ». Il montre que ce besoin de reconnaissance est aussi important que le besoin de se désaltérer ou de manger.

Ou alors juste après,  car j’entends déjà les critiques : -« Ventre affamé n’a point d’oreille ». Mais attention, dans bien des pays, même avoir le droit de manger est une forme de reconnaissance. Mais là c’est un autre débat.

Retenons si vous voulez bien, que ce besoin de reconnaissance relie tout ce que nous faisons dès notre premier souffle.

Ce besoin primitif est celui qui a conduit à bâtir des civilisations entières. Si vous vous  promenez dans Paris, vous  naviguez entre des bâtiments tous plus beaux les uns que les autres et, il faut bien le dire, un peu prétentieux. Les Français vous diront que c’est bien Bruxelles… mais que c’est mieux chez eux! Et nous nous pourrons leurs dire que nos frites et nos bières sont supérieures. Bref, ces bâtiments, ces villes, ces recettes de cuisine, ces modes et tout le développement de l’humanité s’est fait en raison de ce besoin impérieux d’exister de certains individus (parfaitement identifiés car ils aiment qu’on parle d’eux. Ils voulaient « laisser une trace »)

Et cela n’a pas changé! Aujourd’hui c’est toujours aussi valable. Lorsque vous décorez votre maison, que vous achetez de beaux meubles, que vous mettez des tableaux au mur et que vous invitez des amis, c’est toujours en raison de ce besoin impérieux d’exister.

Lorsque Brel écrivait ses chefs d’œuvres, que Michel-Ange décorait le plafond de la chapelle Sixtine, c’est encore en suivant ce besoin.

Quand Dale Carnegie donne des exemples pour illustrer ses « conseils pour avoir plus d’amis » , il ne cherche pas à gérer ou manipuler des individus, mais montrer la mécanique du besoin de reconnaissance qui existe en chaque être humain, avec son côté lumineux et son côté obscur.

Côté obscur? Oui parce que la personne qui ne reçoit pas sa dose de Reconnaissance positive fera des bêtises, voire même sera « malade » afin d’avoir de l’attention…et donc de la Reconnaissance.

Chaque humain est unique, et chaque humain en a conscience. Et veut être reconnu pour ce qu’il est, et non pas être un simple numéro.

La célèbre pyramide de Maslow dit également que cette reconnaissance est très importante.

Pyramide-de-Maslow-31

Il y a en effet, en nous, comme chez tous nos voisins, tous ses besoins, mais il reste que le besoin le plus VITAL est d’être RECONNU INCONDITIONNELLEMENT . Pour illustrer cela je vous propose UNE métaphore  que j’ai inventée et où s’entrecroisent plusieurs théories :  : 

  • la Résilience de Boris Cyrulnick  et une façon très P.N.L d’expliquer les choses via une métaphore
  • les cycles de l’identité de Paméla Levin
  • les 14 besoins de Virgina Henderson
  • la pyramide de Maslow (dont les 3 premiers étages se trouveraient ici dans le sol)
J’ai appelé cette métaphore: les cycles de l’autonomie

cycle de l'autonomie

Pour satisfaire ce besoin vital « DE SE SENTIR IMPORTANT » qui se niche dans l’Être de chaque personne il faut:

  • DE LA NOURRITURE EXTÉRIEURE. Ici on retrouve le besoin de reconnaissance, les marques d’attention…. les mercis, likes, les « petites attentions » de tous les jours, un sourire, être avec des gens positifs et rire avec eux, etc. que l’on reçoit.
  • DE NOURRITURE INTÉRIEURE . Tout comme l’arbre, quand il a reçu sa dose d’Énergie pour croître, provenant de l’extérieur (et il est capable d’aller la chercher profondément si elle manque en surface) il peut alors à son tour puiser en lui et GRANDIR. S’il découvre que son chemin n’est pas semé d’embûches il peut alors être plein de gratitude et découvrira de lui même qu’il faut être déterminé, et plein  de Force de Vie (Confiance en soi car il sait qu’un jour il sera un arbre qui portera du fruit).
  • Certains diront que l’arbre, lui, est dépendant de l’apport extérieur en eau, sels minéraux, soleil… mais pas nous! Pourtant je pense que nous sommes biens semblables. Comme l’arbre, nous n’avons pas le choix et nous sommes là. Comme l’arbre il va falloir se débrouiller pour chercher ce qu’il nous faut pour croitre. Comme l’arbre nous mènerons nos racines loin ou profondément pour prendre ce qu’il nous faut pour vivre. Mais si quelqu’un nous apporte ce dont nous avons besoin quel gain de temps et combien nous pouvons être reconnaissant envers la Vie d’être si bien entouré. Si nous sommes mal entouré, nous, nous avons au moins la chance de pouvoir quitter l’endroit où nous trouvons pour chercher de verts pâturages.
  • Si vous voulez plus d’infos sur la métaphore de l’arbre . Cliquez ici. En construction
  • Si vous voulez plus d’infos sur le besoin d’importance. Cliquez ici. En construction.
  • En IMPROS-J’EUX nous cherchons à reconnaître les personnes, à les rejoindre là où elles sont et nous les aidons à créer un projet et le réaliser (prouesse, sketch, etc.). Nous les aidons à mieux « apprivoiser l’imprévu d’une Rencontre », à faire face à tout « obstacle » plus positivement.

Pour Reconnaître ses amis, et propager une Conviviale Attitude l’ASBL IMPROS-J’EUX  mis en place 14 moyens/outils pratiques (Cf. nos 14 moyens pour amener plus de Conviviale Attitude). 

Mais certains sont plus  » visibles «  que d’autres:

  1. Les cartes de Reconnaissance virtuelles. Elles sont gratuites.
  2. Des cartes de Gratitude
  3. Nous avons des BADGES lot de badges Conviviale Attitude
  4. post it jaune avec logo découpéLes posts its du Cœur:

L’idée principale est celle-ci: il ne faut pas attendre la bonne date, le bon moment, le jour J pour reconnaitre ses amis mais TOUT DE SUITE. Dès que l’envie, en vous, se fait sentir.

Être dans la Reconnaissance est bon pour notre  santé « physique » aussi. Voici un petit reportage de Florence Servan Schreiber.

Je vous conseille d’ailleurs vivement de lire (ou écouter si vous préférez la version audio) son livre  » 3 kiffs par jour ».

Avec-vous envie de nous partager votre ressenti? Cliquez ici. En construction

Marc Legros

Maître praticien en P.N.L/Psychomotricien/Éducateur spécialisé.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le besoin de Reconnaissance »

Les commentaires sont fermés.