A l’origine des Impros-J’Eux: une passion

  Il y a 20 ans, Marc Legros assistait à un match d’impro théâtre (pros) proposé aux visiteurs du premier salon consacré à la personne handicapée à Liège.

 Rentré chez lui, triste, des questions tournaient dans sa tête;

  1. Pourquoi les personnes handicapées sont-elles toujours ensemble? Elles le sont déjà du matin au soir, de la maternelle à la fin de leur vie. Pourquoi notre société est-elle si « mère poule » au point de les « surprotéger »? Est-ce parce qu’elles font peur? Pourquoi les isoler? Personne n’apprendra à les connaître!  Est-ce par souci d’économie, de rentabilité? Une personne handicapée est une personne, pas un produit de consommation. Proposer des activités où elles ne s’y amusent qu’entre elles, ce n’est pas leurs permettre d’être plus « autonome ». C’est juste les « récréer » en se donnant bonne conscience et cautionner la construction d’un monde parallèle. Elles doivent pouvoir communiquer avec des personnes non handicapées, pouvoir donner leur avis, parler de leurs passions et autres centres d’intérêts, partager des projets, coopérer, etc. Ne pas permettre cela s’est se moquer d’elles ou les infantiliser !
  2. Pourquoi tout tourne-t-il autour de la compétition? Pourquoi les plus beaux, les plus intelligents, les plus rapides, les plus performants, les plus « conformes » ont-ils toujours la meilleure place. Les « autres  » sont écartés, ne sont tolérés que pour faire fonctionner le système.

Ce soir-là, Marc en voulait à ceux qui idolâtrent la compétition, la performance, l’élitisme, la rentabilité, l’efficacité et « le paraître » ! Pour lui, il y avait d’autres valeurs à défendre. Notamment :

  1. LA COOPERATION afin de créer un monde où l’Humain est au centre (Pas son pouvoir d’achat). 
  2. L’INCLUSION = permettre que tout le monde puisse être avec tout le monde aux mêmes endroits.

Ce soir-là il s’est juré de créer des LOISIRS INCLUSIFS. Ainsi est née sa PASSION!  

Le lendemain, le Concept des Impros-J’Eux prenait vie. Deux équipes naissaient, en même temps, fin 1997. Une ASBL est née en août 2000.  A ce jour, il y a 6 équipes en Belgique + une en France. Toutes vont à la Rencontre des Autres !

LE CHEMIN A-T-IL ÉTÉ FACILE ?

OH QUE NON ! IL Y A FALLU FAIRE FACE A PLUSIEURS « OBSTACLES ». Lesquels ?

  • Impros-J’Eux dérangeait l’organisation de l’ASBL où Marc était employé. En effet comme beaucoup de personnes voulaient rencontrer l’équipe « Les Aoûtiens », il était difficile de rentrer à l’heure de fermeture du Centre occupationnel. Marc a perdu l’équipe créée sur son lieu de travail et son « excès d’enthousiasme » lui a été reproché. Il a alors mis toute son énergie dans une autre équipe qui fonctionnait en soirée et le week-end « Les Chouettes de Spa ». Puis d’autres équipes ont vu le jour. Il y en a eu 12 à un moment donné. Celles qui ne sont pas restées sont parties aussi pour des raisons organisationnelles ou parce qu’il n’y avait pas d’éducateur pour reprendre l’équipe…
  • Des personnes affirmaient que les personnes handicapées aiment se retrouver avec leurs semblables, comme c’est le cas pour les « étrangers ». Allez à la rencontre des autres non handicapés ne servait à rien ! C’est triste de penser cela même s’il est vrai que c’est agréable de se retrouver « en famille ». Mais pas tout le temps ! Ce n’est en tout cas pas de l’INCLUSION et où est l’AUTONOMIE ?
  • D’autres ont ajoutés : – « Quand elles sont ensemble elles partagent les « mêmes canaux de communication ». Ah bon ? Donc les noirs doivent rester avec le noirs, les blancs avec les blancs, les homosexuels doivent rester entre eux, les blonds aux yeux bleu aussi… C’est pourtant enrichissant de voir d’autres personnes, d’autres cultures.
  • Beaucoup disaient : — « On n’est pas au pays des Bisounours. Le monde est cruel ! Les gens ont peur des handicapés. Il faut les protéger !». Vouloir supprimer la compétition ne veut pas dire chercher à créer le Pays des Bisounours. Impros-J’Eux cherche à favoriser la création d’un monde où le Bien Vivre ensemble est important. Si les personnes ne se rencontrent pas, comment vaincre les peurs, changer les stéréotypes ?
  • – « Cela coûte moins cher de les mettre dans une « boîte » à la mode, rien qu’entre eux. C’est en effet choisir la facilité et la rentabilité mais pas L’AUTONOMIE et L’INCLUSION.
  • Faire des animations dans les écoles pour favoriser l’inclusion c’est être naïf. C’est parce que les élèves sont obligés de rester qu’ils fréquentent les handicapés, après ils s’en « foutent ». Nous, nous partageons l’avis de Nelson Mandela qui disait : – « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ». Petit à petit cela fera son chemin. Nos Rencontres dans les écoles sont enrichissantes pour TOUS ! L’Aviq peut vous le confirmer.
  • Pourquoi supprimer la compétition ? C’est sain de s’opposer aux autres, de chercher à les dépasser, d’être le meilleur ! Ah là là. C’est là le plus dur des « obstacles ». Il revient continuellement sur la route. Pourtant :
  1.  Il ne faut pas confondre « émulation » et « compétition». La première nous pousse à nous dépasser sans écraser l’autre et sans se faire du mal via des produits « dopants » ou des privations extrêmes. Ici il y a une « recherche de Reconnaissance » et nous en avons tous besoin car c’est lui qui nous motive à réaliser des choses nouvelles! C’est pour certains spécialistes (*) le besoin de Reconnaissance, le besoin le plus important de l’être humain. La compétition, elle, nous manipule par l’intermédiaire de personnes qui ont des intérêts « personnels » afin que nous nous dépassions « à leur place », pour leurs intérêts. Elle fait alors miroiter une « carotte/leurre » quasi magique (prix, coupe, médaille, argent…) qui DONNE DU POUVOIR SUR LES AUTRES ET « GONFLE » NOTRE EGO.
  2. Il ne faut pas confondre « concurrence » et « compétition ». Nous sommes tous en « concurrence » les uns par rapport aux autres quand on aime quelque chose qui est « convoité » par d’autres personnes. Mais c’est la personne « convoitée » qui devra choisir. Si plusieurs personnes doivent choisir, ce sont eux qui trancheront. A ce moment-là il est rare (sauf dans les films et jeux vidéo manipulés par les médias au service de l’argent) que cela amène de la violence, de la grossièreté même si notre égo en prend un coup. Personne n’aime « se prendre un râteau ». La concurrence devient malsaine quand elle pousse à « écraser les autres » en faisant « le chou gras » des téléréalités et des séries « modernes » qui se font de l’argent sur le dos des « concurrents ». Bref qui poussent à la « compèt ». Le pire ? Quand « le public » détermine le « gagnant ». 

C’EST « L’ENVIE DE SERVIR UNE CAUSE COMMUNE, EN UTILISANT LES CAPACITES DE CHACUN » QUI DEVRAIT ETRE PRESENTE DANS TOUS LES RAPPORTS HUMAINS. Tant que cette envie de créer du Bien Vive Ensemble n’est pas présente, la compétition continuera à régner sur Terre. Mais cela a un prix : le chacun pour soi, la surconsommation des plaisirs devient un objectif et de plus en plus de personnes seront délaissées car « non conformes », pas « rentables ». C’est bien dommage car nous avons tous notre place sur Terre.  Tous !

 Courageusement, depuis 20 ans, sans grands moyens financiers, avec une petite équipe, nous proposons des activités sans compétition, sans recherche artistique, où tout le monde peut se trouver aux mêmes endroits dans la joie, la bonne humeur. NOUS PROUVONS AINSI QUE LA COOPÉRATION ET L’INCLUSION DE TOUTES LES DIFFÉRENCES SONT POSSIBLES. Cela fait sourire certains (cf. Les obstacles) mais cela en interpelle d’autres et nos personnes porteuses d’un handicap sont rayonnantes. Nous sommes parvenus à gagner la confiance de l’Aviq, de la Province de Liège et de la Région Wallonne et il y a 2 ans nous avons pu engager deux personnes à mi-temps via des points A.P.E.

Plus d’infos ? marc.improsjeux@gmail.com  (*) www.impros-jeux.be  0498/10.13.98

« Tout n’est que point de vue ! », certes, mais il y a lieu d’avoir des « lignes pédagogiques communes » si on veut construire ce monde plus Humain.             Bien Vivre Ensemble n’est pas une utopie.

Si vous voulez créer un monde plus « Conviviale Attitude » venez nous rejoindre ! Il y a encore du boulot !  Il faudra vous armer de patience, de tolérance, de bienveillance et de détermination. Mais le résultat en vaut la peine ! A bientôt. Nous comptons sur vous !

Le staff de l’ASBL Impros-J’Eux

 

Publicités